Rechercher sur cgjung.net Espace Francophone Jungien
Accueil    C.G. jung    Son oeuvre    Articles    Séminaires    Ressources    Livre Rouge    Sites jungiens    Contact
Ecrits sur Jung
Docteur Bernard Long       Homéopathie et symboles       Lexique       Poésie

Espace Francophone Jungien menu

Ecrits sur Jung
Docteur Bernard Long
Homéopathie et symboles
Lexique homéopathie
Poésie


Bernard Long

Bernard Long, médecin homéopathe, publie plusieurs textes sur l’homéopathie et les symboles.

 

Ses recherches s’appuient également sur les travaux de C.G. Jung.

La camomille : le remède homéopathique chamomilla

La symbolique  et le remède homéopathique de l’humble camomille. Son lien avec  la pensée de Jung.

La camomille sauvage

Hahnemann a choisi pour sa pathogénésie homéopathique d’exprimer le suc de la plante entière fraîche, la matricaire, (matricaria recutita ou chamomilla recutita) mêlé avec des parties égales d’alcool. Il s’agit de la petite camomille, camomille vraie, camomille sauvage ou camomille allemande, différente de la camomille romaine.

La matricaire (matricaria recutita ou chamomilla recutita) est une petite plante annuelle, de la famille des astéracées ou composées, qui se rencontre à l’état sauvage au bord des chemins et dans les zones en friches des campagnes. Elle est souvent cultivée.

Étymologie du nom camomille

Le nom camomille est issu du grec. Il fait référence au fait que la camomille pousse près de la terre (χαμαι, à terre , au ras du sol) et que ses fleurs en capitules arrondis ont un parfum qui rappelle celui de la pomme (μηλον).

Matricaire vient du latin médiéval matricaria, dérivé de matrix, matrice (utérus), lui même dérivé de mater. Les vertus emménagogues de la plante lui ont certainement valu cette dénomination.

Quant à recutitum, cela signifie circoncis ou plus généralement ulcéré, écorché, déchiré et peut se référer aux parties apicales des fleurs.

On entend bien que la matricaire est étymologiquement centrée sur la matrice, le ventre, le giron, « cet espace qui s’étend de la ceinture aux genoux d’une personne assise ». En anglais on parle de womb  : ventre, utérus.

 

Le remède chamomilla homéopathique

 

Chamomilla et l’enfant

Chamomilla est très souvent utilisé comme remède pendant la dentition des enfants. Beaucoup de pharmacies conseillent ce remède aux parents. Ce conseil est louable mais il peut être inexact.

Chamomilla est souvent utile mais il n’est pas le seul médicament à donner dans ce cas de figure. Si les symptômes de l’enfant ne sont pas semblables à ceux du médicament, il n’aura aucune efficacité et contribuera à ajouter de l’eau au moulin des détracteurs de l’homéopathie.

L’enfant chamomilla présente une joue rouge, une transpiration abondante de la tête. Il est de mauvaise humeur, pleure, crie. On sent en lui une sorte de colère, une intolérance marquée à la moindre frustration. Il va opposer une résistance farouche à tout ce qu’on veut lui imposer.

L’enfant veut être porté ou roulé. Il exige différentes choses et dès qu’il les obtient, il les rejette. Il frappe, donne des coups de pied, ne supporte personne à côté de lui, déteste qu’on le regarde, qu’on l’approche. Il est parfois mieux lorsqu’il est bercé par les vibrations d’une voiture, d’un moteur.

L’hypersensibilité à la douleur

Un autre point caractéristique de chamomilla est son hypersensibilité à la douleur qui est intolérable. Ces douleurs insupportables sont situées à l’abdomen, aux dents, aux oreilles, aux articulations, à la face, au nerf sciatique et tout particulièrement à l’utérus.

Si Chamomilla est un important remède de l’enfant, il est aussi celui de la femme, comme le nom matricaire l’indique : douleurs d’accouchement, dysménorrhée. On note aussi des douleurs de type crampes, avec une sensation d’engourdissement.

La signification de chamomilla

Le tableau typique de chamomilla est un enfant exaspéré, transpirant de la tête, une joue rouge, dans les bras de sa mère (ou de quelqu’un qui s’occupe de lui), calmé lorsqu’on le porte.

Il y a chez l’enfant chamomilla la coexistence entre deux faits :
• le fait d’avoir les dents qui poussent, ce qui l’entrainerait irrésistiblement vers une autonomie.
• le fait de ne se calmer que dans un giron où il recherche la présence d’un corps vibrant, pulsatile et rassurant.

Chamomilla a la nostalgie du giron, comme une pulsion irrésistible à revenir vers le sein maternel.

Jung et chamomilla

Pour Jung le désir incestueux repose peu sur la cohabitation, mais sur l’idée de redevenir enfant, de retourner sous la protection maternelle, de revenir dans la mère, pour être à nouveau réenfanté par elle.

On trouve particulièrement cette idée dans le remède ambra grisea. L’antidote qui va pondérer ce désir est ce que Jung appelle « le sacrifice » qui permettra de prendre de l’autonomie et de positiver ce retour pulsionnel à l’inconscient. Il s’agit d’un processus de participation active et volontaire du moi pour aboutir à l’individuation, à une nouvelle naissance.

Nous sommes en présence de cette problématique régressive Jungienne chez chamomilla :
• il revient dans le giron ; l’enfant veut qu’on le porte, ce qui l’améliore et le calme,
• l’enfant mouille sa tête comme s’il revivait un accouchement,
• il a peur de tomber dans le gouffre : rêve de chute dans un abîme, dans l’abîme de l’inconscient,
• il a maintenant des dents mais cette poussée est difficile, comme s’il la refusait,
• il doit réagir, il doit s’opposer, il perd patience et se met en colère.

Le portage de l’enfant

Le portage de l’enfant par la mère est très apprécié dans de nombreuses civilisations, notamment en Afrique. On ne pose pas l’enfant au sol par peur des mauvais génies, des animaux, de la vermine.

C’est une façon de protéger l’enfant, qui avait disparu en Europe au XIXe siècle dans les milieux bourgeois.

Le portage présente de nombreux avantages :

• il renforce l’attachement, au niveau physiologique,
• il est favorable à la digestion, à l’appareil musculo-squelettique,
• il est réconfortant, et stimule le développement cognitif et le sommeil…

Finalement on peut comprendre l’insistance du petit chamomilla pour être porté.

Chamomilla est aussi centré sur la matrice

La femme chamomilla a des règles douloureuses. Son accouchement est pénible comme si la séparation était insupportable. La parturiente souffre, désire s’enfuir ; elle est impatiente, en colère, ne peut supporter personne auprès d’elle, pousse des cris perçants, gémit, se lamente, réclame assistance. Elle renvoie le médecin puis demande d’aller le chercher peu après…

Chamomilla est une hypersensible. Sa situation est insupportable.

Pour résumer chamomilla

Le sujet Chamomilla vit un combat entre l’enfance et la sortie de l’enfance :

1 – je suis encore un enfant – je veux être porté
2 – foutez moi la paix
3 – je ne veux pas de dents
4 – c’est insupportable

Articles de Bernard Long




Bernard Long

Bernard Long, médecin homéopathe, publie plusieurs textes sur l’homéopathie et les symboles.

Ses recherches s’appuient également sur les travaux de C.G. Jung.

Il est l’auteur de nombreux ouvrages.

Bernard Long

Médecin homéopathe, j’ai entrevu des ponts très évidents entre le monde jungien et l’homéopathie.
Lire la suite

 

Rubriques :

 

Espace Francophone Jungien - cgjung.net
Espace Francophone Jungien
Menu principal
Page d'accueil
Carl Gustav Jung
Ouvrages de C.G. Jung
Articles et entretiens
Séminaires de formation
Ressources jungiennes
Le Livre Rouge de C.G. Jung
Marie-Louise von Franz
Sites jungiens
Mises à jour du site
Formulaire Contact
Qui sommes nous ?
Rechercher sur le site
Plan du site
Page Facebook
Page Twitter

cgjung.net © 1998 - Haut de page