cgjung.net Rechercher sur le site Espace Francophone Jungien
Accueil    C.G. jung    Son oeuvre    Articles    Séminaires    Ressources    Livre Rouge    Sites jungiens    Contact
Ecrits sur Jung
Docteur Bernard Long       Homéopathie et symboles       Lexique       Poésie

Espace Francophone Jungien menu

Ecrits sur Jung
Docteur Bernard Long
Homéopathie et symboles
Lexique homéopathie
Poésie


Bernard Long

Bernard Long, médecin homéopathe, publie plusieurs textes sur l’homéopathie et les symboles.

 

Ses recherches s’appuient également sur les travaux de C.G. Jung.

Le plomb, plumbum métallicum homéopathique

Le plomb et l’un des métaux les plus anciennement connus et travaillés. Associé à la planète Saturne, à la dépression, il renvoie à l’enfermement, à l’isolement.

Le sujet Plumbum peut  « péter les plombs ». Il est empêtré dans la gangue d’un inconscient, sans avoir accès à l’individuation.

C.G. Jung – Livre rouge, p 154

Le métal plomb

Le plomb est un métal de poids atomique 207, de numéro atomique 82, de symbole Pb. C’est l’un des métaux les plus anciennement connus et travaillés.

Le mot « plomb » et le symbole Pb viennent du latin plumbum. Le minerai de plomb est son sulfure PbS appelé galène. Le mot galène vient latin galena, provenant du grec ancien γαλήνη, galênê.

L’intoxication au plomb est appelée saturnisme.

Symbolique

Le plomb et la planète Saturne

L’antiquité tardive assimilait le plomb à la planète Saturne et au dieu correspondant. On lui attribuait un côté négatif dépressif et un certain côté positif, la dépression créatrice.

Saturne était le dieu des mutilés, des criminels et des handicapés, mais aussi celui des artistes et des créateurs. On retrouve dans le langage courant des expressions qui illustrent son aspect passif et dépressif. Ne dit-on pas : « une chape de plomb, je suis plombé » ?

Le plomb des alchimistes

Au Moyen Âge, les alchimistes croyaient que le plomb était le métal le plus ancien (et le plus froid).

Sa composition, d’après les anciens est la suivante :

Geber écrit que : « Sa substance est plus impure (que l’étain), à cause qu’il est composé d’un argent vif et d’un soufre plus grossier et que son soufre combustible est plus fortement attaché à la substance de l’argent vif qu’il ne l’est dans Jupiter et, enfin, qu’il y a plus de soufre fixe dans sa composition ».

Saint Thomas d’Aquin précise que « le plomb n’est autre chose que du mercure terrestre, c’est-à-dire participant de la terre, faiblement congelé et mêlé d’un soufre subtil et peu abondant ».

Le plomb enferme : Seth fabriqua d’abord un cercueil en plomb puis, lors d’une réunion, invita des gens ivres à y pénétrer sous prétexte de trouver à qui il conviendrait. Quand Osiris entra dans le cercueil, il referma le couvercle, le couvrit de plomb et le jeta à la mer. Osiris fut ainsi enfermé, étouffé, scellé dans une prima materia de plomb, une sorte de substance fondamentale.

Le plomb et le tarot

A propos de Saturne, on songe à la lame IX du tarot, la carte de l’ermite. Elle indique une idée d’Isolement, de concentration d’austérité. La lame renvoie aussi à l’idée de timidité, de misanthropie, de manque de sociabilité, de conformisme.

Cet ermite, image de vieil homme rappelle chez Jung le personnage de Philemon (Illustration en tête de cet article).

Jung raconte, dans Ma vie,  comment Philemon lui fut révélé, à l’occasion d’un rêve. Philémon, vieillard sage, représente une image du Soi. Jung écrit qu’il figure une intelligence intuitive des choses, supérieure à celle dont dispose le moi. Il est un guide intérieur.

Jung a peint Philemon sous forme d’un hermès (le mercure) ailé qui incarne l’aspect spirituel, le « sens ». Mais Plumbum semble plus représenter l’aspect sombre d’une personnalité dissociée que la véritable sagesse qu’incarne Philémon. Il n’est pas le sage initiateur de l’individuation mais, selon Jung, une personnalité mana, un être de pouvoir pourvu d’une certaine nature occulte.

Plumbum homéopathique

Plumbum est une substance princeps, riche en mercure, figée dans un inconscient qui l’enferme, une substance assez molle qui plombe, qui bride et résiste à la fluidité.

Le sujet plumbum est un personnage encore empêtré dans la gangue d’un inconscient dont il appréhende les dictats qu’il ne peut assimiler, sans avoir accès à l’individuation. Parfois, au milieu de son chemin tracé, souvent monotone, des bulles inconscientes font surface de façon imprévisible sur un mode insoumis, révolté, voire violent.

Plumbum est figé dans la tradition

Plumbum est tourné vers la tradition. Il est lourd, enclin à se figer, dans une attitude physique raide et dans une psychorigidité notoire. Il a tendance à la fixité, au rétrécissement, à la sclérose.

Plumbum est soumis à la loi familiale, à la loi du passé, au « surmoi » de la transmission de la conformité. Il est détenteur d’un héritage culturel transgénérationnel qui le fige, dans un moi ignorant la force de l’inconscient et du Soi, tant il est empêtré dans un monde lourd et pâteux.

Par moments l’inconscient va faire irruption, sous forme de bulles volcaniques impromptues et violentes, capable de lui faire « péter les plombs », parfois dans des accès de révolte et de crises quasi démentielles.

Plumbum est un remède saturnien

Plumbum est un remède saturnien de vieillesse, ce qui ne signifie pas qu’il n’est destiné qu’aux personnes âgées. C’est un remède de déclin, en tout cas de difficulté à éclore, à s’épanouir, sans souplesse.

Il y a un frein à l’épanouissement, à la croissance, à la plénitude, à l’individuation.

Le sujet plumbum est souvent maigre, sec, bilieux, affaibli et frileux. Il manque de chaleur vitale, est fatigué, mentalement et physiquement. Il peut faire vieux.

Cet aspect « âgé » de plumbum en fait un individu plutôt conservateur, tourné vers la tradition, à moins que par un déchirement soudain de son caractère casanier il ne se tourne vers un comportement déroutant et inhabituel. Il n’est guère sociable, préférant souvent la solitude à la foule.

Plumbum est intolérant

Ce n’est pas non plus un être très doué pour le sens familial. Il peut avoir de l’aversion pour la famille mais reste fidèle à la loi de la tradition.

Assez intolérant aux idées nouvelles, son attitude envers les enfants n’est pas toujours très « souple ». Il suit la loi du père, témoin d’une loi autoritaire immuable à laquelle il ne faut pas trop déroger.

On connait l’histoire de Saturne, ogre qui voulait dévorer ses enfants mâles et qui en fut empêché par Rhéa qui substituait à chaque fils mis au monde une pierre emmaillotée dans des langes que Saturne avalait sans se rendre compte du subterfuge.

Plumbum rumine et doute de lui et des autres

Plumbum est quelqu’un de sérieux, méticuleux, voire obsessionnel, même s’il est capable d’exubérance. Il est enclin à la réflexion, à la recherche, à la rumination. Mais cet aspect peut tourner à la tristesse.

Plumbum peut être pris de mélancolie profonde, avec timidité et agitation. Il ressent de l’angoisse au cœur, avec des soupirs et des tremblements. Il n´aime ni parler ni travailler. Son esprit est absent, il est stupide. Il est pâle, misérable, cachectique, somnolent. Il a peur de parler en public. Il est réservé.

Le sujet plumbum est inhibé, hypersensible et émotif. Il manque de confiance en lui. C’est un triste qui doute de lui et qui peut s’enfermer dans une attitude retranchée, solitaire et introvertie.

La quête du plaisir n’est pas son fort, il de la peine à aller au-devant de ce qui pourrait lui apporter une quelconque jouissance, sauf dans son aspect explosif, où la pulsion fait exploser sa gangue.

Il a l’impression d’être poursuivi, d’être persécuté, il voit des ennemis partout. Il a l’impression qu’il va être arrêté. Il est très méfiant, suspicieux. Il croit sa vie en danger, redoute d´être assassiné, ou empoisonné, il voit un meurtrier en chaque personne qui l´approche.

Plumbum peut péter les plombs !

Plumbum a tendance à « rentrer dans le rang » et tout à coup à « péter les plombs ».

En général il s’agit de quelqu’un d’assez conventionnel, classique, qui suit son sillon et celui que les circonstances lui ont tracé. Ce sujet assez convenu, parfois à l’aspect suranné, prématurément rangé peut tout à coup sortir de ses rails, jusqu’au délire. Il est alors pris de délire, alternant avec colique ; il peut mordre et frapper ceux qui sont près de lui, jurer, tempêter…

Plumbum est attiré par l’interdit

Une caractéristique de ce remède semble être le fait que le sujet remue ciel et terre pour obtenir quelque chose d’interdit mais que, quand l’interdit disparaît, il ne le veut plus.

On a l’exemple de cette femme qui sortait furtivement de chez elle pour obtenir des stimulants mais, à partir du jour où ils ne furent plus prohibés, elle n’eût plus aucun désir pour eux.

Une protestante avait une idée fixe : elle ne pourrait obtenir de paix et de sécurité que par l’absolution d´un prêtre de l’Église catholique, bien qu’elle fût jusque alors une protestante zélée.

Dans cette observation, la patiente qui « protestait » voulait rentrer dans le rang ; parfois elle voulait enfreindre la loi, mais si la loi ne lui était plus contraire, elle devenait indifférente et son désir disparaissait.

On trouve certainement des sujets plumbum chez les intolérants à la ceinture de sécurité. Il y a en effet chez plumbum une problématique de la loi, longtemps respectée, selon le dictat d’un surmoi tyrannique ; tout à coup il brave l’interdit, le sujet devient électron libre, il est pris dans le tourbillon d’un inconscient qui le déborde, avec toute la culpabilité qui l’accompagne.

Il peut se croire perdu, à l’extrême, les sons de l´enfer lui résonnent constamment aux oreilles ; il entend les voix et voit les ombres de démons. Ceci peut aller aussi jusqu’à la paranoïa, au suicide ou à l’automutilation.

Plumbum est recroquevillé sur lui même

Le sentiment de menace que ressent plumbum, sa rigidité, son caractère vieillot le conduisent à la constriction, au recroquevillement sur lui-même et à la sclérose.

Il a une sensation de constriction dans les organes internes. Cette constriction est ressentie à de nombreux endroits. La femme plumbum peut souffrir de ménorragies, avec sensation d´une corde tirant l´abdomen vers le dos.

Les coliques accompagnent un état de constipation, la constipation est opiniâtre par constriction des fibres musculaires intestinales. Les douleurs de colite sont intenses : le sujet ressent de terribles tranchées dans le ventre qui irradient dans toutes les directions. Ce sont les « coliques de plomb », avec rétraction de l’abdomen, sensation d’une corde qui tire l’anus vers le haut dans le rectum. On trouve également chez plumbum des hernies.

Ces constrictions évoluent vers un état paralytique, avec une paralysie générale ou partielle, une chute du poignet, avec atrophie des parties atteintes. Le sujet présente une ataxie motrice, il maigrit, dépérit rapidement, avec des tressautements dans les membres.

La mémoire s’efface, il est incapable de trouver le mot juste. Son élocution devient défectueuse. Il est alors indifférent, apathique, hébété avec l’esprit embrumé.

Plumbum se sclérose, en particulier au niveau vasculaire. Ses artères se durcissent. Il présente une hypertension artérielle. Cet état vasculaire évolue progressivement vers une sclérose démentielle du sujet âgé.

Conclusion

Plumbum est un remède riche de possibilités, à l’inconscient enfoui, enfermé dans un moi rigide qui le bride et freine son individuation. Il est parfois capable de donner libre cours au Soi dans une sorte d’éruption violente, inattendue et transgressive, faisant exploser les limites du moi, au péril de son intégrité physique et psychique.

Articles de Bernard Long




Bernard Long

Bernard Long, médecin homéopathe, publie plusieurs textes sur l’homéopathie et les symboles.

Ses recherches s’appuient également sur les travaux de C.G. Jung.

Bernard Long

Médecin homéopathe, j’ai entrevu des ponts très évidents entre le monde jungien et l’homéopathie.
Lire la suite

 

Rubriques :

 

 

Espace Francophone Jungien - cgjung.net
Espace Francophone Jungien
Menu principal
Page d'accueil
Carl Gustav Jung
Ouvrages de C.G. Jung
Articles et entretiens
Séminaires de formation
Ressources jungiennes
Le Livre Rouge de C.G. Jung
Marie-Louise von Franz
Sites jungiens
Mises à jour du site
Formulaire Contact
Qui sommes nous ?
Rechercher sur le site
Plan du site
Page Facebook
Page Twitter

cgjung.net © 1998 - Haut de page