cgjung.net

Rechercher sur le site Espace Francophone Jungien e
Accueil    C.G. jung    Son oeuvre    Livre Rouge    Ressources    Contributions    Séminaires    Sites jungiens    Contact

cgjung.net menu

1994 : la lettre de janvier

La double nature du dragonAprès avoir compris la double nature du dragon, nous voici devant le serpent dont la devise italienne : ALTRO SCHERMO NON TROVO CHE MI SCAMPI, "Je ne trouve de défense que dans la fuite" veut exprimer l'état du monde : le refus d'entendre (sa vérité). Le dessin fait allusion à la croyance des anciens selon laquelle l'aspic se bouchait une oreille contre le sol et se bouchait l'autre de sa queue. En outre, de même que le serpent se débarrasse de sa peau, donc de sa vieillesse, de même, celui qui se livre au travail intérieur se renouvelle par son changement.

On n'attaque le serpent que dans la mesure où celui-ci veut ramener le cosmos au chaos. Dans la mesure, au contraire, où il demeure l'indispensable autre-face de l'esprit, le vivifiant, l'inspirateur, par lequel monte la sève des racines à la coupole de l'arbre, il est agréé, voire glorifié. (Ainsi du serpent d'airain de Moïse, crucifié).

Le serpent n'est pas médecin, il est médecine. Tel doit être vu le caducée, dont le bâton aux serpents enlacés est fait pour être pris en mains. L'esprit est le thérapeute qui doit l'expérimenter d'abord sur lui-même, pour apprendre à en faire usage au bénéfice de l'humanité. Sinon, il tue au lieu de guérir, apporte le déséquilibre au lieu d'harmoniser les rapports de l'être et de la raison : leçon de tempérance, condition de tout équilibre proche de la "sage prudence" du serpent dont parle le Christ.

La substance précieuse - l'âme - risque de s'échapper : elle est un paradoxe de feu et d'eau ; elle est le Mercure, le temps qui, servus ou cervus fugitivus (esclave ou cerf fugitif) qui menace toujours de s'enfuir, c'est-à-dire résiste à l'intégration dans la conscience.

Face au désarroi de l'être, le médecin doit conserver son orientation ; il doit savoir ce que signifie cet état, saisir les précieux contenus des rêves et les plonger dans l'aqua doctrinae (l'eau de l'enseignement), celle qui convient à la nature de l'inconscient ; il doit utiliser pour cela les vues exactement adaptées au symbolisme de l'inconscient.

L'opération est difficile, qui consiste à penser en paradoxes, ce qui n'est possible qu'à un intellect bien équilibré. Le serpent ne s'enfuit plus, mais se range ; le processus de transformation ou d'intégration réussit. C'est la prise de conscience du centre. Ne prenons pas la fuite devant nous-mêmes ! Ne bouchons pas nos oreilles à notre propre voix !

Rolande Biès

Année en cours :
Janvier  Février  Mars  Avril  Mai  Juin  Juillet  Septembre  Octobre  Novembre  Décembre

Sommaire :
1986  1987  1988  1989  1990  1991  1992  1993  1994  1995  1996  1997

Espace Francophone Jungien - cgjung.net
Espace Francophone Jungien - cgjung.net
Menu principal
Page d'accueil
Carl Gustav Jung
Ouvrages de C.G. Jung
Le Livre Rouge de C.G. Jung
Marie-Louise von Franz
Ressources jungiennes
Contributions
Séminaires de formation
Sites jungiens
Mises à jour du site
Formulaire Contact
Qui sommes nous ?
Rechercher sur le site
Plan du site
Page Facebook
Page Twitter

cgjung.net © 1998 Haut de page