cgjung.net

Rechercher sur le site Espace Francophone Jungien e
Accueil    C.G. jung    Son oeuvre    Articles    Séminaires    Ressources    Livre Rouge    Sites jungiens    Contact

cgjung.net menu

Les nuits de Jung

Le contenu du Livre Rouge de C.G. Jung est d'un apport considérable pour tous ceux qui s'intéressent à la psychologie analytique. Luca Governatori a réalisé un important travail de recherche, il a accepté de répondre à nos questions.

Le titre de votre ouvrage "Les nuits de Jung - Mystique et psychologie du Livre Rouge" interpelle ?

Luca Governatori : Les "nuits" de Jung traduisent avant tout sa vie "secrète", elles correspondent à tout ce qu’il préféra taire de son vivant, car cela relevait selon lui de "l’inexprimable", ou de la "folie". Plus précisément, cela renvoie à l’idée que le mystère de la "nuit", royaume de l’invisible et de l’indéfinissable, désigne pourtant un lieu d’expérience, et sans doute même le cœur de toute expérience.

S’approcher de cet indéfinissable, en suivant l’étrange déambulation intérieure que Jung retranscrivit dans le Livre Rouge, fut en ce sens mon objectif. Trouver ce foyer commun où mystique et psychologie finissent probablement par n’être qu’une seule et même "voie".

Dès les premières lignes vous dites "Il y eut deux Jung" ?

Oui. Car Jung ne s’est sans doute laissé connaître, de son vivant, que sous un certain aspect, sous la figure du psychiatre et de l’érudit. On le devinait peut-être auparavant, mais cela demeurait obscur et incomplet : depuis la publication du Livre Rouge, il n’y a en revanche plus d’ambigüité, Jung n’a pas eu pour seul souci d’expliquer l’inconscient et de le raisonner, il fut avant tout son propre patient, un chercheur des secrets intérieurs, un mystique, un aventurier.

Mais bien entendu, derrière ces deux aspects, à la fois contraires et complémentaires l’un de l’autre, la vie de Jung fut justement la tentative de les réunifier, afin de faire resplendir l’unité de l’âme. 

Vous indiquez "Tandis qu'il était seul, une nuit, Jung perçut l'évanescence des choses" ? (p 43)

L’espace de la Vision s’est ouvert à lui. Expérience mystique de premier plan qui consiste à découvrir que le monde physique n’est qu’une simple apparence, une illusion. À travers des états visionnaires, il parvint à vaincre le pouvoir de cette illusion et à entrer littéralement dans la "nuit" des choses : là où une autre vie apparaît derrière la vie, là où d’autres réalités apparaissent derrière la réalité. 

"La folie serait une qualité de l'âme" dites-vous ? (p 69)

C’est une découverte essentielle formulée dans le Livre Rouge : paradoxe remarquable d’un psychiatre qui cesse de traiter la folie comme une malformation psychique, et qui accepte au contraire de l’accueillir, de dialoguer avec elle, et même d’en faire directement l’expérience.

Comme si le Livre Rouge, et c’est exceptionnel de la part d’un psychiatre, n’était pas un livre sur la folie, mais un livre où la folie prendrait d’elle-même la parole, pour se dire avec plus de vérité. En ce sens, La folie n’est plus assimilée au monstre qui dévore, mais aux profondeurs indescriptibles de la psyché.

"Nous sommes une espèce aveuglée ... nous ne vivons qu'à la surface" nous dit Jung ? (p 93)

Ce que comprend Jung à travers ses expériences visionnaires, c’est que l’erreur fatale, tout comme chez Platon lorsque les hommes confondent la réalité avec les ombres projetées sur les murs de la Caverne, consiste à prendre les apparences sensibles pour la réalité, alors qu’elles ne sont qu’une pure et simple création psychique.

Aussi, en descendant dans les "profondeurs" de l’âme, Jung perça le voile de l’ignorance, il rencontra le substrat réel des choses, la source vive, éternelle et illimitée, depuis laquelle le monde extérieur prend forme en tant que tel. 

Jung estimait qu'il était de notre ressort, et peut être même de notre devoir, de se confronter directement avec la réalité du mal ? (p 141)

Nos consciences, aujourd’hui encore comme à l’époque de Jung, demeurent trop marquées par un message judéo-chrétien, qui ne correspond pourtant pas à l’enseignement primitif du Christ, selon lequel les êtres et leurs actes seraient justes et bons, ou au contraire dévoyés et mauvais.

L’obsession de Jung fut de combattre ce préjugé, cette dualité, et de rappeler que le "Dieu" des Anciens était lui-même fondamentalement ambivalent, souverainement divin du fait même de cette ambivalence, qui embrasse toutes choses plutôt que de pratiquer une politique du tri.

Le mal ou le diabolique lui apparurent ainsi comme des manifestations authentiques de la vie. Plutôt que de les rejeter aveuglément, il invitait donc à s’y confronter, à sentir que nous sommes intimement et directement reliés à ces forces de "l’ombre".

Jung a évoqué l'héritage transgénérationnel, était-il un pionnier dans ce domaine ? (p 157)

Certainement. Dans le domaine de la psychologie, il fut parmi les premiers à mettre en lumière le principe d’une vaste "hérédité psychique".

Notre conscience, venant au monde, serait d’emblée structurée par des matrices qui en influenceront la vie, et celles-ci relèvent aussi bien de ce que vécurent nos ancêtres, que d’un héritage "transpersonnel" ou "collectif", à travers lequel vibrerait en nous la vie d’une multitude d’autres êtres humains.

Vous indiquez "Le Livre Rouge fut à sa manière un livre des morts" ? (p 126)

Le Livre Rouge est un livre qui donne vie à la mort. Un livre qui transcende l’opposition entre la vie et la mort. En ce sens, les morts qui apparurent à Jung lors de ses visions ne sont pas simplement morts, mais tout aussi bien "vivants", à leur manière.

C’est en acceptant d’écouter leurs "revendications", en dialoguant avec eux, en mettant fin au vacarme inconscient qu’ils produisaient en lui, que Jung parvint progressivement à vaincre ses tourments, à faire rayonner paix et unité à l’intérieur de lui.

Vous abordez le vaste thème de la synchronicité ? (p 189)

Oui, pour amener un éclairage sous l’angle de nos acquis philosophiques. Car si la logique de la synchronicité semble à première vue contraire à l’ordre de la rationalité, il m’a paru évident qu’elle n’était au contraire que le corrélat naturel d’une rationalité d’un autre ordre, plus profonde, qui ose transgresser la linéarité mécanique des causes et de leurs effets, pour envisager, comme à travers les éclairages de la physique quantique, une logique des événements plus riche, plus complexe et plus globale.

Qu'entendez-vous par "Invraisemblable et indicible présupposé de la psychologie de Jung qui s'adresserait en ce sens non plus à l'homme, mais à des dieux" ? (p 378)

C’est l’enseignement que reçoit Jung lors de l’expérience des "Sept Sermons aux morts" : la psyché humaine serait éternelle par nature, elle serait un pont, une transition, entre différents types d’expériences. 

Non pas quelque chose de fini, ou quelque chose de terrestre par opposition aux manifestations d’une vie céleste, mais quelque chose d’infini, qui relie le Haut et le Bas, qui prolonge la vie des "dieux" et leur donnerait une consistance nouvelle, une épaisseur d’un autre ordre. Où comment des "dieux", découvrant la finitude de l’homme, parviendraient à transcender leur essence, parvenant à être simultanément infinis et finis, créateurs et créatures : autrement dit, "Dieu" Lui-même, créateur de toutes choses et créature de sa propre Création.

La psychologie de Jung, qui trouve là son achèvement ultime, ne serait donc pas, à proprement parler, le parcours de l’homme en quête de l’étincelle divine, mais l’inverse : cette étincelle elle-même "en devenir".

Le but : cesser de s’identifier à des hommes, et incarner le "devenir-homme" de Dieu. Sans doute est-ce là le sens le plus profond du "processus d’individuation" dont parlait Jung. Tout être vivant serait une "individuation" de l’Éternel.

Pour conclure, à qui s'adresse votre ouvrage ?

C’est un souhait : à ceux qui connaissent l’œuvre de Jung, et qui pourraient y trouver des éclairages ou précisions sur certains points, en vue d’élargir les multiples résonances que suscite le Livre Rouge.

Mais aussi : à ceux qui ne le connaissent pas, car j’ai également tenté, en proposant cette lecture du Livre Rouge, de redonner accès aux grands concepts de la psychologie de Jung, ainsi qu’à certains événements majeurs qui jalonnèrent sa vie :

  • sa rupture avec Freud,
  • sa lecture de Nietzsche,
  • son attrait pour l’Orient,
  • son approche de la divination,
  • sa manière particulière d’avoir essentiellement expérimenté les couloirs de l’inconscient (plutôt que simplement dressé théoriquement ses principes),
  • et enfin, last but not least, son expérience de la mort consciente en 1944.
Editions Almora - 14 x 22 x 2,1 cm - 400 pages

Luca Governatori

Il est né en 1977. Il est diplômé de la FEMIS et docteur en philosophie.

A la suite de nombreux voyages en Asie et après s'être familiarisé avec certaines de ses traditions (bouddhisme tibétain, Advaïta Vedanta, Kriya Yoga, Yi Jing), il revient vers l'Occident et dédie ses recherches aux sources et méthodes d'une exploration vivante de l'inconscient :

  • à travers l'étude du Livre Rouge de Jung, auquel il consacre sa thèse de philosophie,
  • ainsi qu'en développant sous différentes formes (transe chamanique, yoga du son, danse) la pratique des " états modifiés de conscience ".

Il est aujourd'hui cinéaste, essayiste et thérapeute.

Séminaires


Découverte de son intériorité

Harcèlement et relation d'emprise : comment s'en libérer ?
- Près de Pau :
  14 et 15 décembre 2019

Psychologie des profondeurs découverte de son intériorité
- Près de Pau :
  25 et 26 janvier 2020

Psychologie des profondeurs : que disent nos rêves ?
- Près de Niort et Poitiers
  15 et 16 février 2020

Espace Francophone Jungien - cgjung.net
Espace Francophone Jungien - cgjung.net

Séminaires de formation

Menu principal
Page d'accueil
Carl Gustav Jung
Ouvrages de C.G. Jung
Articles et entretiens
Séminaires de formation
Ressources jungiennes
Marie-Louise von Franz
Le Livre Rouge de C.G. Jung
Sites jungiens
Mises à jour du site
Formulaire Contact
Qui sommes nous ?
Rechercher sur le site
Plan du site
Page Facebook
Page Twitter

cgjung.net © 1998 Haut de page